Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

mercredi 10 avril 2013

Un DGGN inédit (actualisé)

A l'époque où certains observateurs pronostiquaient à nouveau un civil à la tête de la gendarmerie, la nomination du général Denis Favier à la tête de la DGGN
est un signal clair sur la militarité de l'arme, que cet officier a toujours incarnée. L'âge du nouveau directeur -53 ans- étant un autre signe.

Fils de militaire, saint-cyrien, Denis Favier s'est vite fait un nom en arrivant au GIGN, qu'il mène personnellement à l'assaut, le 26 décembre 1994, son propre adjoint commandant la deuxième colonne. Cette opération rend le Groupe célèbre dans le monde entier par son exemplarité : tous les otages sont saufs, tous les preneurs d'otages neutralisés. Et tous les membres des colonnes d'assaut, malgré des blessures, parfois sévères, survivent à cet assaut inédit.
Quelques mois plus tard, il emmène le GIGN dans l'opération Balbuzard noir : dans le poste de veille du Clem, il raconte aux marins présents l'opération de Marignane. Quelques jours plus tard, le GIGN et le COS auraient pu avoir à mener la plus importante libération d'otages de l'époque : 300 militaires de la FORPRONU, dont un grand nombre de Français, retenus comme boucliers humains à Sarajevo (1).
Denis Favier suit un parcours sans faute : il organise en Savoie la sécurité du G8, est nommé au stratégique bureau du personnel officier de la DGGN, commande la région Ile-de-France.
Entretemps, il a imposé en 2007 un grand GIGN totalisant 380 membres, seul outil viable, selon lui, pour gérer les crises modernes. A nouveau chef de l'unité qu'il incarne, il est tarponné, en avril 2008, avec quelques hommes en océan Indien, pour participer à la gestion de la crise du Ponant (2). Il n'hésite pas non plus à aller, en Afghanistan, participer à une opération de STU (search task unit) avec les gendarmes du GIGN. Il a milité pour que les gendarmes du Groupe puissent participer à cette mission, au coeur de la lutte conter les groupes insurgés.
Sa nomination à ce poste emblématique n'étonne pas. Ces dernières années, il apparaissait en interne comme un DGGN très probable. Il était jusqu'à aujourd'hui membre du cabinet de Manuel Valls comme conseiller gendarmerie.

(1) j'avais raconté la suite dans RAIDS 300 : les otages seront finalement libérés par le fermeté du COMFOR français de l'époque, face aux Serbes.
(2) qui lui vaudra sa deuxième étoile sur sa croix de la valeur militaire, la première ayant été attribuée en 1995, après Marignane.