Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

lundi 22 avril 2013

A l'assemblée ce soir

Le gouvernement soumettait en fin d'après-midi au vote des députés la poursuite de l'opération Serval. Le ministre
de la défense est le premier entré dans l'hémicycle, à 16h53, et s'inquiète presque de s'y retrouver seul. Les députés entrent ensuite, au compte-gouttes. La droite est la première à arriver, députés de base et poids lourds mêlés. François Fillon, Jean-Louis Borloo sont suivis par Philippe Vitel, Patrick Ollier, Henri Guaino, Eric Ciotti, Christian Jacob, Lionel Lucca, Philippe Meunier, Philippe Folliot, Christophe Guilloteau -de retour d'Afrique de l'ouest, avant d'y retourner. Le diplo du ministre, et le général Noguier en civil, directeur de son cabinet militaire, se placent au deuxième rang. Le président de l'assemblée, Claude Bartelonne prend place sur la tribune.
Jean-Marc Ayrault commence son discours, en faisant lever les députés pour honorer la mémoire des cinq soldats qui sont morts au Mali, après avoir souligné le "courage exceptionnel" et le "professionnalisme de nos soldats". La plupart des orateurs y feront aussi référence, citant comme lui les noms des morts.
Le communiste Jean-Jacques Candelier rappelle que les forces africaines n'ont pas les moyens de rester seules au Mali, et demande que soit faite "la lumière sur le rôle du Qatar" sur l'avant 11-janvier. Il dit aussi que son groupe n'accordera "pas un blanc-seing au gouvernement (...)" et termine sur une formule-choc : "L'opération Serval ne doit pas devenir une opération Licorne bis".
Le SRC Bruno Le Roux enchaîne, en rendant à nouveau hommage aux cinq morts français de Serval. Et conclut sur un proverbe bambara : "on n'est pas orphelin d'avoir perdu père et mère, mais aussi d'avoir perdu l'espoir..."
L'UMP Pierre Lellouche explique que son groupe votera la poursuite de l'engagement, même si ce dernier suscite des interrogations graves. La permanence de deux théâtres simultanés a "posé des problèmes aux hélicoptères et aux véhicules blindés". Le constat est aussi amer sur l'Europe de la défense dont il discerne le "constat de décès". (...) "La France est seule au Mali" alors qu'elle est pourtant au service de la sécurité de l'Europe, sur place. "Je m'étonne qu'il n'y ait pas d'opération Eufor Mali alors que l'UE dispose de groupes multinationaux. Il faudrait que le gouvernement interroge ses partenaires sur ce vide... Que nos partenaires acceptent de partager au moins" le fardeau du coût de l'opération au Mali, demande-t-il. "Ce que nous avons fait au Mali est de procéder à une opération de nettoyage mais à qui allons nous laisser les clés ?" interroge-t-il aussi, en rappelant que le Mali émarge au 175e rang mondial (sur 187) dans le classement des richesses. Les contributeurs à la MISMA sont dans les mêmes parages.
L'UDI et ancien ministre de la défense Hervé Morin déplore que la France n'ait "pas fait du Mali une priorité diplomatique", en rappelant, comme le précédent, l'absence au sol d'autres partenaires occidentaux, notamment européens, autour de la France. "Les forces africaines de la MISMA ne sont pas prêtes à prendre le relais, assure-t-il, si tant est qu'elles le soient un jour". Lui aussi est déçu par l'UE. "A quoi bon continuer à fabriquer des forces européennes (...) pour in fine ne jamais s'en servir, il faudra un jour poser cette question aux Européens. (...) Non, clairement, il n'y a personne à qui passer la main" lâche l'ancien ministre.
Dans sa réponse aux interpellations et aux doutes des députés, le ministre de la défense livre quelques informations. Serval compte désormais 3850 militaires au Mali, contre les 4500 que l'opération mobilisait au plus fort de l'opération dans l'Adrar. Les 1.000 personnels qui subsisteront pourront bénéficier du soutien de trois bases avancées à proximité immédiate : N'Djamena, Niamey, Ouagadougou. Pour montrer la césure avec la période des combats, le ministre parle de "Serval adapté".
Le vote est sans surprise : 352 votants, suffrages exprimés, 342, pour, 342.