Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

mercredi 6 février 2013

4000 militaires au Mali, mais ils font le maximum

Par rapport aux chiffres-plafond évoqués en début d'opération Serval, la France a très largement augmenté sa mobilisation, avec 4000 militaires déployés au Mali même. Et un millier directement impliqués dans la zone, au Sénégal, au Gabon, à Abidjan, et au Tchad (donc cela fait sûrement plus d'un millier...), souvent grands oubliés des bilans.
La France entend rapatrier ses soldats d'ici la fin mars, a pronostiqué un ministre. En fait, des effectifs sont déjà rentrés (malgré ces donc 4.000 déjà présents au Mali...) : par exemple, une compagnie de Boucs a rejoint la France en début d'après-midi. D'autres devraient suivre rapidement, les bases régionales se chargeant vraisemblablement d'extraire les matériels des sortants.
Symptomatique, une poignée d'heures après son parachutage à Tombouctou, le 2e REP avait déjà rejoint son point de départ : Abidjan, promu base para de la région.
Alors que la mission est très, très loin d'être terminée, on comprend le message adressé à l'opinion publique française et aux dirigeants africains, sur le registre : le job est terminé, on laisse la place aux Africains, on repart comme on l'avait annoncé. Et la Françafrique n'existe plus.
Mais cette annonce tient du trompe-l'oeil. Partout, dans la région, de nouvelles capacités sont à l'oeuvre, pour une guerre bien plus discrète et dure, "low profile", à l'américaine. Aucune armée africaine n'est capable de neutraliser des djihadistes : c'est un travail de forces spéciales, voire clandestines. Et d'autant plus que les djihadistes détiennent encore des otages français.
Le dispositif maillé des bases d'Afrique de l'ouest (Dakar, N'Djamena, Libreville, Abidjan) et des points d'appuis spécialisés (Ouagadougou, Niamey) permettent de tenir ce contrat de sécurité nationale, même si on est très loin de Paris. L'exemple le plus flagrant est incarné par les chasseurs et le tanker d'Epervier qui ont contribué à abraser les moyens djihadistes dès le 11 janvier, en lien avec les forces spéciales.
Autre leçon de Serval : avec les diminutions de format et les réformes successives, les parcs de matériels prépositionnés sont notoirement insuffisants. Une partie, infime, mais une partie quand même pourrait bien rester dans la zone. Et une autre, comme un ministre l'a promis, servira à payer en nature l'aide française au Mali.