Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

jeudi 31 janvier 2013

Serval : une facture déjà à 50 MEUR

Le ministre de la défense a chiffré ce matin à 50 MEUR la dépense liée à l'opération Serval. Il n'a pas détaillé plus avant ce chiffre sur France Inter, mais il s'agirait, selon le responsable, essentiellement de dépenses "logistiques". En fait, dans ce sujet qui fascine depuis à peu près le 4e jour du conflit (après avoir glosé sur "l'enlisement", il fallait bien trouver autre chose), il faut bien mesurer ce qui ressort du coût (une dépense déjà payée) et du surcoût (une dépense non prévue, liée à l'opex). Mais ne pas oublier d'additionner les chiffres non plus.
. Dans les surcoûts figurent les dépenses liées à la projection de matériel par des affrêteurs aériens. Le prix de l'heure de vol d'An-124 n'est pas la même selon les sociétés. ICS, qui a gagné un contrat avec l'armée française, pratiquerait des tarifs plus compréhensifs que ceux figurant dans l'accord Salis (1). Cette enveloppe, qui n'est pas chiffrée, est restée malgré tout contenue, du fait de l'apport de forces aériennes étrangères, essentiellement avec du C-17 (britanniques, canadien, américains). L'envoi du Dixmude (140 véhicules quand même, soit une vingtaine d'An-124, mais aussi 50 tonnes de munitions), puis d'un affrété à l'année (ce n'est pas gratuit, mais cela ne surcoûte pas non plus, car c'est une dépense forfaitaire), l'Eider, a permis aussi de contenir le volume de matériel roulant projeté par air, donc la facture.
. Dans les surcoûts, aussi, la projection du personnel. Là encore, le BPC a embarqué 500 militaires, c'est donc gratuit (le navire devait naviguer de toute façon). Par contre, selon l'EMA, il aura fallu pas moins de 50 VAM pour transporter les militaires de l'opération Serval. Les avions qui l'ont fait appartiennent à l'armée de l'air, et ils auraient aussi volé de toute façon, mais sans doute de façon nettement moins intensive. On peut aussi penser que d'autres relèves prévues sur d'autres théâtres n'ont pas pu être assurées. Notons le niveau d'engagement, puisque 50 VAM en 20 jours, cela en fait donc cinq tous les deux jours, avec seulement cinq Airbus (2) ! En tout cas, il aura fallu du carburant en plus.
. Le carburant, c'est le nerf de la guerre, pour les avions du Poitou, les VAB du 21e RIMa, ou les chasseurs de N'Djamena. Il est évident que le surge demandé par Serval impose un surcroît de carburant. Au registre des consommables, il faut aussi rajouter le coût des rechanges, des munitions, particulièrement des bombes. On a en tiré plus de 150. L'abrasion du potentiel des djihadistes était à ce prix : il a évidemment épargné le sang des soldats au sol. La surcharge demandée aux tankers du Bretagne aura ausi un coût sur les cycles de maintenance, et le potentiel de ces avions, rincés : celui de Harmattan commençait juste à être épongé...
. Et il y a un surcoût moins visible : celui des bonifications opex pour les militaires (ils sont donc 4300...), les pertes de matériel. Mais aussi le lancement de crashs program.
Bref, 50 MEUR, c'est vraiment un chiffre plancher.

(1) c'est ce qui avait motivé la sortie partielle de la France de cet accord.
(2) un calcul peut-être faussé, car dans ces VAM peuvent avoir été comptées des liaisons infra-théâtre.