Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

dimanche 17 juin 2012

L’heure de vérité

Que va devenir la défense ? Avant même d’entrer dans l’exercice du livre Blanc, dont les résultats ne sont pas attendus avant six mois, une série d’évènements va donner de vrais éléments de tendance. C’est d’abord le collectif budgétaire qui doit sortir dans quelques jours, après l’audit des comptes publics par la Cour des Comptes. On sait que dans le contexte, collectif budgétaire risque de rimer, pour la défense, avec restriction budgétaire. La dernière mésaventure en date, quand la droite avait rogné sur les crédits qu’elle s’était toujours jurée de défendre, l’an dernier. Trois entailles en quelques jours, au nom de la solidarité nécessaire avec les autres ministères comme on a pris l’habitude de le dire… Drôle de façon de tenir les promesses.
La défense y échappera-t-elle cette fois-ci, alors que Martine Aubry et Jean-Vincent Placé ont appelé à aller chercher l’argent où il est, c’est-à-dire à la défense, troisième poste budgétaire de l'Etat ? Avec quelles conséquences, alors que comme me le faisait remarquer un spécialiste du domaine il y a peu, le problème n’est même plus le matériel mais seulement les moyens de le faire tourner.
Pas forcément besoin d’attendre pourtant les conclusions du livre blanc pour lancer des réformes structurelles incontournables, dans le domaine de la formation, ou plus évidemment, de la communication, par exemple. Le précédent cabinet s’était senti violé par le rapport de la cour des Comptes, qui évoquait les inquiétantes dérives budgétaires de ce domaine, et à reculons, avait entaillé le magot de quelque euros. Cette réforme est symbolique et ne gagnera quasiment pas de postes, m’oppose-t-on pour m’expliquer qu’il faut encore temporiser. Mais peut-on parler de réforme symbolique, alors qu’on va à nouveau entailler le muscle, particulièrement dans l’armée de terre ? Il faudra apprendre à faire différemment. Un rapport sur les méthodes de com' de nos voisins, en cours d’écriture, devrait éclairer fort à propos le nouveau patron de la filière.
La source d’économies la plus évidente pour certains, à gauche, c’est de réduire le surcoût des opex (qui ont passé le cap du milliard en 2011), en démontant les engagements actuels. L’état actuel du monde pourrait bien aller contre cette vision un peu simpliste qui veut que la gauche n'emploie pas l'armée française (1).
Mais sans opex, sans séjours, sans prime de services en campagne, l’armée va-t-elle rester si attractive, alors que déjà, une armée utilisée avait du mal à trouver ses soldats dans la société civile ?
Et puis il y a ceux qui sont sur-employés, depuis des années. Commandos des forces spéciales, mécaniciens navigants de l’ALAT, plus largement, tous ceux qui fonctionnent en auto-relève et qui continueront à le faire, fin de l’Afghanistan ou pas. Des spécialités critiques qui n’ont pas encore forcément été valorisées comme telles.

(1) Ce sont en effet des décisions prises par la gauche qui ont amené l'armée française en Bosnie, en Afghanistan et, un nombre incalculable de fois, en Afrique.