Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

jeudi 2 décembre 2010

Rafale M18 : des hypothèses précises

Le magazine Air & Cosmos à paraître demain sous-entend que c'est une surestimation des risques par le pilote du Rafale M18 qui est à l'origine du crash fatal de dimanche. L'hebdomadaire s'appuie sur une version assez précise de l'enchaînement qui a mené à la perte de l'avion, et qui semble partagé par plusieurs sources que nous avons interrogées ces dernières heures sur le sujet. L'une évoquant notamment le fait que le facteur déclenchant n'aurait "jamais" dû amener au crash. Appréciation qui dédouane nettement l'avion.
Le scénario évoqué par l'hebdomadaire évoque l'allumage d'un voyant, au bout d'une dizaine de minutes de vol, "contraignant le pilote à appliquer une procédure impliquant de vider les deux bidons de voilure pour venir apponter. Entretemps, le voyant étant repassé 'au vert', le Rafale a néanmoins poursuivi son vol pour se ravitailler (...) Mais les vide-vite ayant été préalablement percutés, le carburant délivré s'est échappé". Il ne restera pas assez de carburant pour ramener l'avion jusqu'au pont d'envol.
Plus loin, le magazine reste cependant prudent, évoquant le fait que "le pilote s'est retrouvé dans une situation de procédures inédites".
L'armée de l'air dit "ne pas avoir connu" d'évènements de ce type avec ses Rafale.
Malgré la volonté d'occuper le terrain en communiquant, le ministère est resté, ce matin, sur une position plutôt réservée, se retranchant derrière l'ouverture de l'enquête.
Une position qui risque de devenir très vite intenable, les informations, relativement précises, se multipliant, alors qu'à Paris, on évoque une quête insistante de "têtes" -entendre, un ou des responsables-. Cette recherche de responsabilités ne devrait pas attendre, forcément, la publication du rapport d'accident sur internet. On se souvient que dans les deux cas précédents d'accidents, le ministre de la défense avait communiqué assez rapidement son sentiment, dédouanant à chaque fois l'avion. Les deux rapports d'accident (décembre 2007 et septembre 2009) n'ont cependant toujours pas été publiés. Ce qui démontre, si besoin était, que la recherche de la vérité peut parfois prendre du temps.
La marine, pour sa part, protège son pilote, dont on sait seulement, pour l'instant, qu'il détient "plus de 2.000 heures de vol". Le seul point commun des pilotes -expérimentés, et, pour certains, très expérimentés- qui ont été concernés dans les quatre pertes de chasseurs, depuis 2007.